Alors que huit équipes sont attendues en playoffs, les fans du softball partout dans le monde peuvent s’attendre à une compétition intense dans le Groupe A des XVIe Championnats du Monde de Softball Masculin WBSC qui débutent jeudi prochain à Prague. Le n°1 mondial la Nouvelle-Zélande, le Japon (3), l’Argentine (5), le pays hôte la République tchèque (7), le Mexique (9), le Botswana (13), les Philippines (17) et Cuba (24) ont tous de l’expérience en playoffs et viennent en Europe avec l’ambition de finir à l’une des quatre premières places du groupe pour avancer au deuxième tour principal de la compétition.

Le Groupe débute jeudi, le pays hôte la République tchèque affrontant le Champion du Monde en titre, la Nouvelle-Zélande, à l’occasion de la seule rencontre de la journée. Le match débutera à 19h30 au Svoboda Park à Prague.

Les six autres équipes feront leurs débuts vendredi à l’hippys Arena d’Havlickuv Brod. Les Philippines affronteront Cuba, l’Argentine le Botswana et le Mexique le Japon lors de la dernière rencontre de la journée.

Regardez la rencontre d’ouverture des Championnats du Monde de Softball Masculin WBSC !

La Nouvelle-Zélande est l’équipe nationale de softball masculin la plus titrée de l’histoire. Les Black Sox ont remporté leur septième titre de Champion du Monde il y a deux ans à Whitehorse malgré avoir été menés en finale par leur rival historique, l’Australie. Le capitaine Nathan Nukunuku (qui dispute son septième championnat du monde) mène une équipe qui compte trois lanceurs expérimentés (Nik Hayes, Daniel Chapman et Josh Pettett) et trois nouveaux venus (Reilly Makea, Daniel Chapman et Jackson Watt). La Nouvelle-Zélande a disputé les dix dernières finales des Championnats du Monde, en remportant six et en n’ayant jamais fait moins bien qu’une cinquième place au classement final. Ils tenteront de maintenir leur série en vie en jouant (et remportant) le dernier match de la compétition le 23 juin.

Le Japon sera l’un des favoris du Groupe A. Construite sur le succès du programme masculin junior, l’équipe japonaise vient en République tchèque avec de l’ambition. Elle a remporté la Challenge Cup en Nouvelle-Zélande en février, s’imposant 3-1 face aux Champions du Monde en finale. Reo Koyama sera le lanceur as de l’équipe tandis que le frappeur ambidextre Hikaru Matsuda mènera l’attaque des Champions d’Asie. L’équipe japonaise essaye de remporter son premier Championnat du Monde. En 2000 les japonais avaient perdu la seule finale qu’ils ont disputé aux Championnat du Monde face à la Nouvelle-Zélande à East London en Afrique du Sud. Ils ont disputé les 15 éditions des Championnats du Monde.

La troisième meilleure nation du Groupe A au classement mondial est l’Argentine (5). Après avoir remporté deux titres consécutifs de Champions du Monde Juniors en 2012 et 2014, les sud-américains essayeront de monter sur le podium pour la première fois de leur histoire au niveau senior. Connus pour leurs lanceurs, les argentins viendront avec le lanceur droitier Juan Potolicchio, le plus expérimenté, tandis que les doubles champions du monde juniors Huemal Mata et Roman Godoy tenteront d’être aussi performants qu’au niveau junior. Il y a deux ans à Whitehorse ils avaient décroché la quatrième place, le meilleur résultat de leur histoire. Ils tenteront de décrocher la première médaille de l’histoire du softball argentin lors de leur dixième apparition dans la compétition.

La République tchèque, pays hôte, accueillera la plus grande compétition du softball masculin mondial à l’occasion de sa neuvième participation à la compétition. Neuvièmes il y a deux ans à Whitehorse, les hôtes souhaitent capitaliser sur l’avantage terrain pour se qualifier pour la troisième fois de leur histoire en playoffs (après 2004 et 2015). Les vétérans Jaroslav Brenik, Michal Holobradek et Jonas Mach, ainsi que le nouveau venu Marek Joska, lanceront pour les tchèques face à leurs supporters et tenteront de guider l’équipe au premier top 5 de son histoire.

Le Mexique a accueilli la première édition des Championnats du Monde en 1966 et avait perdu en finale à domicile face aux Etats-Unis. Ils ont remporté la médaille de bronze quatre ans plus tard à Oklahoma City. Ils se sont qualifiés pour les playoffs lors de quatre des cinq premiers Championnats du Monde mais qu’une seule fois depuis, en 1996. Ils ont fini 10èmes lors de leur dernière participation aux Championnats du Monde, en 2015 à Saskatoon. A l’occasion de sa 13ème participation à la compétition, le Mexique va tenter de se faire une place avec les grands. L’équipe comptera sur de jeunes lanceurs, les quatre faisant tous leur première apparition aux Championnats du Monde de Softball. Si ils peuvent contenir les attaques adverses, l’alignement offensif mexicain toujours performant pourrait les mener à nouveau en playoffs.

Il y a deux ans le Botswana a choqué le monde en se qualifier pour les playoffs pour la première fois de son histoire. Leur match clé a été la victoire 1-0 décrochée face à la République tchèque derrière une superbe performance de Kagiso Mogale. Le droitier mènera à nouveau son équipe pour essayer de rééditer cette performance historique de 2017. Ce sera la 7ème participation à la compétition pour le Botswana qui a fait ses débuts aux mondiaux en 1992 à Manille, aux Philipines, et a participé à six des huit dernières éditions de la compétition. Les Champions d’Afrique vise une deuxième qualification consécutive en playoffs.

L’équipe la moins bien classée du Groupe A est Cuba (24). Elle sera cependant une équipe difficile à affronter. L’an dernier Cuba a battu le Venezuela pour remporter les Jeux d’Amérique Centrale et des Caraïbes de Barranquilla 2018 et a aussi éliminé le Canada des Jeux Panaméricains de 2017. Pour sa deuxième participation aux Championnats du Monde, Cuba sera dans le mix pour l’une des quatre premières places du groupe. La seule participation cubaine aux mondiaux remonte à 1988 lorsque l’équipe s’était qualifiée pour les playoffs et avait terminé quatrième de la compétition. L’équipe comptera sur l’expérimenté lanceur droitier Alain Roman, une défense solide et un alignement offensif dangereux pour se qualifier de nouveau pour les playoffs, 31 ans après.

Retrouvez la présentation du Groupe B demain